Imprimer

Valorisation autres filières


visite ZACVisite de l’usine du Syndicat de traitement des déchets de Kahlenberg (ZAK) en RFA

Le mardi 18 juin,le président et des techniciens de Tour(s)plus et Touraine Propre ont visité en RFA, près dev Fribourg, l'usine de valorisation des déchets développée par le syndicat de traitement des déchets de Kahlenberg. Une technologie innovante !

▶ Téléchargez le diaporama
    F
ormat Microsoft® PowerPoint® (Taille 8.3 Mo)

 

Etude de réhabilitation du site de la Billette

La Billette - Joué-les-ToursSur la commune de Joué-les-Tours, en limite de Monts, se trouve le site de la Billette. Pendant une vingtaine d'années, ce site a été dédié aux OM (centre de compostage, centre d'enfouissement technique, déchetterie). Fin 2008, le centre d'enfouissement a du fermer pour cause de saturation et l'unité de compostage s'avérait obsolète. Le site sert aujourd'hui de quai de transfert d'OM pour les 8 communes de la CCVI et certaines communes de Tour(s)plus. Il est très bien placé : il se trouve non seulement en limite d'agglomération mais intéresse particulièrement des collectivités comme la CC du Val de l'Indre.
Depuis janvier 2010, le site appartient à Tour(s)plus.

La réglementation
Le Grenelle de l'Environnement contraint les collectivités territoriales à réfléchir aux objectifs assignés à l'horizon 2015-2020 :
      • réduction des volumes enfouis ou incinérés
      • valorisation à 45 %, puis à 50 %
      • interdiction d'enfouir la matière fermentescible des OM.

Il peut subsister des doutes sur la volonté politique de faire appliquer le Grenelle, mais ces orientations s'imposent déjà en Europe du Nord. Elles reçoivent l'appui des associations de protection de l'Environnement. Touraine Propre atteint déjà 44 % de valorisation moyenne en 2009-2010. Les syndicats sont pour la plupart performants sur la valorisation matière, et ne pourront guère progresser sur cet objectif. Les syndicats n'envisagent pas une collecte sélective ; l'organique en porte-à-porte au regard de son coût, de son impact écologique et des faibles rendements (40 kg/an/foyer).

Pour l'ensemble de ces raisons, la mise en place d'une filière de compostage dans le département est particulièrement attendue.

La renaissance du site

Depuis la fermeture, fin 2010, du site de Benais, près de Bourgueil, la filière de compostage a disparu en Indre-et-Loire; il n'existe plus d'alternative à l'enfouissement et à l'incinération.

L'étude d'un TMB (traitement-mécano-biologique) sur un site non contesté par les riverains, le grand public, et les associations de protection de l'environnement apparaît donc pertinent. Le Comité Syndical a confirmé son souhait d'aller plus en avant sur ce dossier en confiant une étude de faisabilité au bureau d'études Pöyry, complétée par un bilan-carbone. De plus, le Bureau a souhaité une large information-concertation sur ce projet à l'étude, en rencontrant régulièrement les acteurs locaux et nationaux (services de l'Etat, Conseil général, Associations de protection de l'Environnement, Chambre d'Agriculture, prestataires potentiels …), l'écho a été largement positif. Cette unité de compostage pourrait traiter 50 000 tonnes d'OM. Il est nécessaire de conduire cette réflexion avec la Chambre d'Agriculture pour connaître exactement le potentiel de débouchés. A titre d'information, le compost normé produit à Grenoble était fortement demandé par les agriculteurs locaux ; or les terres agricoles sont moins nombreuses et plus difficilement exploitables dans l'Isère qu'en Indre-et-Loire.

Cette unité de compostage permettrait également la mise en œuvre du futur PEDMA (plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés).


Visite de sites

feuille chapitreGueltas vue aerienneGueltas

En mars 2010, des élus, des techniciens, des représentants d'associations, des représentants de l'ADEME ont visité l'écopôle de Gueltas, situé en Bretagne, près de Pontivy. Ce site appartient au groupe SITA. Il comprend un centre de tri des OM et des DIB, une plate-forme de compostage des boues et des déchets verts, une unité de TMB (Tri-Mécano-Biologique) et un centre d'enfouissement.

L'unité de TMB est couverte et l'air est traité avant rejet. Elle traite 30 000 tonnes d'OM, 5 000 tonnes de déchets issus de l'industrie agro-alimentaire et produit annuellement 10 000 tonnes de compost normé.
► Plaquette TMB

Le site de Guelas comprend :
    • Gueltas Vue TMB
    • un centre de tri des DIB et déchets ménagers propres et secs
    • une plate-forme de valorisation de la biomasse : recyclage de bois, compostage de boues et déchets verts
    • une unité de Traitement Mécano-Biologique (TMB)
    • une Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux (ISDND)
    • un moteur de valorisationdu biogaz sur l'ISDND

Des recherches sont en cours à Gueltas pour obtenir des qualités encore supérieures correspondant aux exigences élevées des entreprises agroalimentaires.

feuille chapitreMurianetteMurianette (Grenoble) – septembre 2010

Une délégation d'élus et techniciens a été conviée par Vinci-Environnement à une visite des installations de traitement de la communauté d'agglomération grenobloise.
Ce groupe développe également un projet de méthanisation à Angers et exploite le site de Montpellier. Le système mis en place à Grenoble s'avère très intéressant puisqu'il permet de traiter au cœur de la ville les déchets de l'agglomération, pour incinération couplé à un TMB. Il permet de contribuer au chauffage de 90 000 ;logements et du CHU. L'usine de compostage traite 60 000 tonnes d'OM prétaitées / an. Elle ne comporte pas de BRS (tube de pré-fermentation), ce qui rend la performance moindre qu'à Gueltas sur la production de compost. Il est conforme à la norme NFU 44 051.
► Rapport suite à visite (septembre 2010)

feuille chapitreCimenterie Calcia (Villiers-au-Bouin -37)

En mars 2010, une visite de la cimenterie de Villiers au Bouin été organisée par touraine Propre . Elle appartient au groupe ItalCementi. Un certains d'élus du syndicat et de techniciens étaient présents.

cimenterie CalciaActuellement, pour faire fonctionner la cimenterie, le groupe importe du charbon en provenance d'Afrique du Sud ou de Russie. Du fait de la fin des farines animales comme combustible et de l'envolée du prix du pétrole depuis plusieurs années, le groupe réfléchit à d'autres sources d'approvisionnement.

La filière CSR (combustibles de substitution et de remplacement) fait déjà l'objet d'une attention particulière des groupes privés en charge de l'élimination des déchets. L'apport de CSR pourrait contribuer au maintien d'une grande entreprise en Touraine. La substitution de 10 000 tonnes de déchets à des combustibles fossiles présente également un intérêt environnemental.

La filière à mettre en place pour préparer les refus de tri ou de compostage est coûteuse. Elle impose le respect des règles des marchés publics. Tout dépendra donc des prix de revient et des participations éventuelles des cimentiers au financement du produit final. Même si ces projets sont encore, pour la plupart, expérimentaux, iI existe déjà une cimenterie dans le Bordelais qui brûle des refus de compostage et un projet important est également en cours en Belgique. Il appartiendra donc au Comité Syndical de prendre une décision quand l'ensemble des études aura abouti et que les bilans économiques auront pu être établis. Touraine Propre demeure en veille sur un process qui intéresse de plus en plus les opérateurs privés.
- Plaquette Villiers-aux-Boins

feuille chapitreSuivi du projet de méthanisation de l'INRA " Biogaz en pays de Nouzilly "

vue previsionenelleCette unité consiste à produire d'énergie renouvelable à partir de biomasse. Elle devrait produire 500 Kwa électrique et 500 Kwa thermiques, soit l'équivalent en électricité et chauffage de 2 000 foyers. Le projet de Nouzilly trouve son origine dans la volonté de l'INRA de s'engager dans le développement durable. Le biogaz produit permettra à l4INRA de chauffer ses bâtiments et d'économiser des fertilisants minéraux. Ce projet est porté par Naskéo environnement et AkuoEnergy. Ce projet a obtenu le soutien du Conseil régional du Centre, de l'Etat et de l'Europe (fonds FEDER).
Cercle vertueux de la méthanisationEn période de croisière, cette unité pourra recevoir environ 50 tonnes par jour de matière organique dont un tiers de l'INRA. Le centre INRA a prévu de valoriser la totalité des effluents des élevages de ruminants qui sont actuellement épandus directement. Les tontes issues des espaces verts et les restes de repas du restaurant d'entreprise seront également valorisées. Le reste des matières proviendra des environs de l'unité de méthanisation et des activités de l'agglomération de Tours (rebuts de fabrication d'industries agro-alimentaires, et de restaurants collectifs).
L'achèvement du chantier est prévu mi-2012.

 

Biogaz du Pays de Nouzilly : Pose de la première pierre

Biogaz du Pays de Nouzilly : Pose de la première pierre

A l'étude depuis trois ans, la construction du projet de méthanisation "Biogaz du Pays de Nouzilly" a officiellement démarré le 8 juin 2011 sur le centre INRA de Tours (Région Centre). La cérémonie de pose de la première pierre a en effet donné le coup d'envoi du chantier. L'unité, d'une puissance de cinq cents kilowatts électriques,recevra environ dix-sept mille tonnes de biomasse par an, dont plus d'un tiers d'effluents d'élevage. La chaleur produite par cogénération sera utilisée par le centre INRA pour les besoins de ses bâtiments et de ses laboratoires, ainsi que pour sécher du fourrage (unité de séchage en bottes).

Développés par le spécialiste français de l'énergie renouvelable AKUO Energy et par la société NASKEO Environnement, le projet a reçu le soutien de l'Etat via le plan de performance énergétique, de l'Europe (fonds FEDER), du Conseil Régional du Centre et de l'ADEME. L'entrée en exploitation de la centrale est prévue pour juin 2012.
► Plaquette Naskeo
▶ Site internet